Ω Le Voyage de Némésis Ω

Un long périple vous attend dans le monde de Gaïa...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

∞ Maître des connaissance sur Gaïa ∞
avatar


Masculin
Nombre de messages : 12
Age : 31
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: L'histoire   Mer 28 Juil - 2:35

Un historien aujourd'hui disparu a écrit:
Il fut un temps où la Terre sur laquelle nous existons depuis des millénaires n'était pas le seul monde sur lequel les humains vivaient : d'anciennes légendes rapportent l'existence d'une seconde Terre : Gaïa.

Gaïa était la sœur jumelle de la Terre. Les deux mères de l'humanité vivaient en osmose avec leurs enfants, les Hommes. Jusqu'à ce qu'un drame entraîne une séparation forcée entre la Terre et sa sœur. Folle de rage, Gaïa entraîna alors la destruction de la quasi-totalité de sa dimension. La Terre put tout de même calmer la haine de sa sœur en envoyant, pendant un mois, une douce pluie qui éteignit le feu brûlant les terres souillées de sa pauvre sœur.
Toute deux savaient qu'elles ne se reverraient peut-être jamais, et ce fut le début d'une période de grande détresse pour les deux Mères Natures. La Terre subissait jour après jour des catastrophes, tandis que la nature de Gaïa dépérissait à vue d'œil. La tristesse domina dans le cœur des hommes, jusqu'à ce que Gaïa reprenne espoir, et parvienne enfin à retrouver sa grande sœur qu'elle aimait tant.
Elle créa une porte dimensionnelle qui relia les deux mondes, et qui permis aux deux Mères de garder un lien étroit rempli de tendresse. La nature reprit alors formes et couleurs. C'était le signe que toute chose s'arrangeait enfin, pour le bien de tous.
La Terre et Gaïa étaient à nouveau réunies, les deux mondes entrèrent dans une nouvelle ère de félicité qui eu tôt fait de réjouir tout les peuples.

L'existence de la Terre fut connue de tout les habitants de Gaïa, mais pas réciproquement: seuls certains habitants de la Terre connaissaient l'existence de Gaïa.

Les deux Grandes échangèrent leurs deux civilisations : la Terre accueillit les exclus de Gaïa tandis que Gaïa, elle, recueillit en son sein les marginaux de la Terre qui ne pouvaient plus vivre sereinement sur leur planète natale, souvent à cause de pressions, mais aussi et surtout à cause des nombreuses guerres.


Seulement, Gaïa et sa sœur ne s'imaginaient pas qu'elles seraient à nouveau le terrain de conflits qui pourraient nuire à leur paisible existence : sur Terre, les guerres foisonnaient, et beaucoup trop d'hommes et de femmes ignoraient les cris de la planète, responsable de leur existence. Ce déni complet révoltait les deux sœurs, qui ne pouvaient faire grand chose pour arrêter cette folie. Mais parmi ces hommes, nombre d'entre eux luttaient pour la sauvegarde de leur planète.

La Terre et Gaïa, touchée par cette générosité inattendue de la part de leurs enfants, décidèrent de laisser les hommes vivre et se débrouiller entre eux. Sans intervenir ni interrompre leurs vies, dans l'espoir que la noble cause de ces hommes la ai raison de la cupidité des autres.

Quant à Gaïa, il y existe une toute autre civilisation, qui n'est pas si loin de celle que nous connaissons: plusieurs peuples, plusieurs nations, et toujours les même mentalités qui furent trop souvent responsables de malheurs qui auraient put être évités. La cause en est leurs différence. Ce peuple est le peuple des élémentaux.

Les élémentaux sont des individus qui ont tous l'air normaux d'apparence, mais qui au fond possèdent des facultés que les autres, surnommés les " neutres ", ne possèdent pas : il sont capables d'être en parfaite symbiose avec un des huit éléments naturels de Gaïa.
Ces éléments sont l'eau, le feu, la glace, la foudre, la terre, le vent, l'ombre et la lumière.

Chacun de ces éléments faisait partie d'un tout unique, établissant un certain équilibre dans le monde. Sans cet équilibre, Gaïa risquait tout bonnement de disparaître.

Ceux qui étaient capable d'entrer en symbiose avec un élément faisaient partie d'un peuple relatif à l'élément qu'ils maîtrisaient. Il existait donc huit peuples d'élémentaux vivant aux quatre coins du monde dans une cité où la concentration de leur élément était la plus intense. Chaque élémental se devait de vivre en harmonie avec son élément, et de ne jamais oublier qu'il était important de préserver leur monde.

A cette époque, les humains neutre et les humains élémentaux vivaient en paix, et coexistaient sans contraintes ni problèmes vraiment graves.


Mais la cohabitation étaient bien plus tendue qu'il n'y paraissait...


De nombreux humains neutres se sont mit à détester les élémentaux, jalousant ainsi leurs facultés exceptionnelles qui ne pouvait pas s'acquérir par un apprentissage. Ce don était devenu un véritable fardeau pour beaucoup, qui durent quitter les villes neutres afin de rejoindre leur patrie originelle : les cités élémentaires.

Tous les élémentaux se trouvant au sein d'une zone habitée par des neutres, durent quitter leurs habitation, car leurs voisins devenaient de plus en plus violent à leur encontre, et l'opinion publique n'était pas du tout en leur faveur.

Face à la menace grandissante et de plus en plus violente des neutres, les élémentaux s'allièrent entre nations rivales pour lutter contre leur nouvel ennemi. Ces derniers ne tardèrent pas à user de l'ancienne magie noire pour se protéger des élémentaux, décidés à mettre fin à toutes ces discriminations.
Cette protection fut nommée " Némésis ".



Némésis n'était pas humaine, mais ressentait presque les mêmes sentiments qu'un humain. Elle n'avait rien à voir avec un démon, car elle ne tuait pas pour son plaisir personnel. Elle était obéissante, faisait ce que ses maîtres désiraient. Elle avait l'apparence d'une femme, et pourtant elle était incapable d'aimer qui que ce soit ni d'avoir d'enfant. Elle était dépourvue de toute volonté propre et elle était impitoyable avec ses ennemis. Némésis n'était pas un être à proprement parlé, mais une aura qui élisait domicile dans le corps d'une femme au hasard, et celle-ci se présentait à ses maîtres quand le moment était venu.
Bon nombre d'élémentaux périrent sous les lames de cette déesse artificielle, que l'ont pourrait définir comme une nouvelle " arme de destruction massive ", une fois de plus conçu par l'Homme. Et comme toute arme créée par l'Homme, celle-ci finit par lui glisser des mains : un jour où Némésis achevait une nouvelle fois le travail qu'on lui imposait pour débarrasser Gaïa des élémentaux, celle-ci ne revint pas.

Ce jour là, les plus anciens élémentaux, et donc les plus sages, trouvèrent un moyen d'apprivoiser la déesse vengeresse pour l'avoir sous leur autorité.


Les humains neutres, totalement anéantis par la perte de la seule arme capable de lutter contre les élémentaux ne purent que pleurer face à leurs erreurs, leur soif de pouvoir et leur jalousie maladive qui faillit les conduire à leur perte.

Cependant, les élémentaux ne parvinrent pas à dominer la déesse une fois celle-ci entre leurs mains. Toutes les tentatives pour faire vivre leur déesse se solda par un échec : l'hôte mourra au contact de l'aura chargé de haine de Némésis qui était encore plus maléfique que tout autre monstre existant sur Gaïa.

Les élémentaux tentèrent en vain de s'approprier cette force, avant d'abandonner.

L'âme de la déesse fut enfermée dans un médaillon qui fut confié à une famille, qui aurait la responsabilité de veiller à la protection de Némésis.


Des siècles s'étaient écoulés depuis le début des conflits, et la haine était encore palpable entre élémentaux et neutres. Cependant, certains oublièrent tout ces conflits et vivaient en harmonie.

Pendant ce temps, aux fin fonds des grandes cités s'étendait une sombre rumeur : la planète n'aurait qu'une durée de vie limitée, et seuls des élus aux pouvoirs insoupçonnés auraient la capacité d'empêcher une destruction imminente. Les grandes instances des grandes cités se réunirent et parvinrent à déchiffrer clairement ce que les " Anciens Croyants du Vieux Monde " avaient prédit il y a longtemps de cela. Une calamité similaire s'était abattue sur Gaïa, causant par la même occasion la perte de nombreuses vie et la disparition quasi totale de toute végétation, laissant derrière des terres dévastées.

Un être constitué entièrement de lumière aveuglante arriva et calma la colère de la planète, et lui accorda un souhait unique : c'est de cette manière que Gaïa put rester avec sa sœur comme elle l'avait toujours voulut.
Les Grandes Instances se mirent en quête de cette être de lumière, avant de comprendre qu'il s'agissait tout simplement d'un habitant d'une de leur cité, et plus particulièrement de la cité de la lumière, Balderinh. Ils comprirent alors que chaque cité possédait un habitant qui, à chaque génération, apparaissait et devait protéger cet être de lumière qui aurait la clé pour sauver Gaïa. Il trouvèrent un moyen pour trouver ces élus, et ainsi, chaque nouveau né était déposé sur un autel propre à chacune des cités, et devenait un représentant lorsqu'une lumière d'une blancheur éclatante venait se déposer sur le front du nourrisson.

Devenir représentant signifiait beaucoup de choses : des responsabilités, une renommés mais aussi & surtout une capacité à user de son élément à volonté, comme si eux-même étaient l'élément auquel ils étaient rattachés.
Chaque cité s'étaient mises d'accord : la sauvegarde de la planète était une priorité, et il fallait oublier toutes les querelles qui pouvaient nuire à tout le monde.
Malheureusement, la vanité et l'orgueil dont souffrait cette humanité dépourvue d'amour risquait un peu plus de compromettre l'intégrité de cette légende qui passa presque au second plan : bon nombre des dirigeants des cités pensaient encore à Némésis, et cette soif de puissance causa la chute de deux cités : la cité du feu, Agnigya, et la cité du vent, Enlil. L'équilibre du monde ne fut pas fragilisé pour autant, mais cette nouvelle preuve de folie marqua un peu plus cette planète pourtant si belle qui risquait de ne plus exister.

Des années plus tard, un homme, se faisant appeler " Le Kaiser ", apparut sur les terres de Gaïa. Cet homme, puissant et extrêmement riche gouvernait d'une main de fer sur tout Gaïa. Cet homme, que tout le monde détestait, instaura une politique des plus cruelle à l'encontre des élémentaux : il leur était formellement interdit de fouler des terres appartenant à des neutres sous peine de se voir condamné à mort.
Cependant, il accorda certaines autorisations pour quelques élémentaux afin qu'ils puissent librement circuler sur Gaïa, où il était devenu quasiment impossible de se promener sans se faire arrêter en pleine course par un soldat du Kaiser pour une vérification d'identité.
La peur gouvernait ce petit monde déjà en proie à une menace bien plus grande, pourtant, le pire était à venir : ces autorisations laissées à certains élémentaux n'étaient pas anodines, car le Kaiser avait la ferme intention de prendre possession de Némésis, qui jusqu'à aujourd'hui, dormait paisiblement. En collaboration avec des scientifiques de deux cités élémentaires, celle de la foudre, Asagaya, et celle de l'ombre, Donn, le Kaiser trouva un moyen de renforcer de manière radicale une femme pour accueillir en elle la déesse tant redoutée. La jeune femme fut dotée de toute les caractéristique de la lumière : bonté, grandeur d'âme, compassion... la rendant extrêmement réceptive à la puissance de la déesse qui tuerait n'importe qui. Le premier essai fut un échec, et causa la mort de la personne responsable de ces test. La suite des test furent une réussite, et une nouvelle vint perturber les élémentaux au point que certains abandonnèrent le plan du Kaiser: afin de la faire revivre pleinement, Némésis ne doit être réveillée qu'une fois que la lumière de la légende n'ai plus aucun souffle de vie en elle. Mais le Kaiser, dans sa folie, ignora cette information et continua comme il l'avait désiré.

La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre, et toutes les cités encore en place et n'étant pas de mèche avec le Kaiser décidèrent de mettre à l'abri leurs représentants respectifs, excepté la mère de la représentante de la cité de la Terre qui refusa catégoriquement de participer à cette manœuvre. Tout les représentants furent envoyés sur Terre où ils grandirent dans l'ignorance quasi totale de l'existence de cet autre monde, jusqu'à ce qu'il grandissent suffisamment pour comprendre la gravité de la situation. Seuls les représentants de l'ombre, du vent et de la terre restèrent sur Gaïa.


L'enfant qui devait accueillir la déesse fut elle aussi envoyée sur Terre afin de tromper les représentants déjà sur place et de la mener le plus simplement à la lumière, afin de la tuer et de ressusciter la déesse vengeresse, tout cela dans l'anonymat la plus totale


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ω Le Voyage de Némésis Ω :: ° ¤ . ¤ ° Règlement et Histoire ° ¤ . ¤ ° :: Les choses essentielles :: Le contexte-



Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit